Le château de Montségur (Ariège).

Le château de Montségur, construit en 1206, est un château qualifié de « cathare », situé dans la commune de Montségur, dans le département français de l’Ariège et la région Occitanie.

Ce château fut implanté à l’emplacement arasé de l’ancien village fortifié qui constituait, jusqu’au siège de 1244, un lieu de séjour des cathares et des faydits. Les cotes architecturales démontrent que le château actuel fut conçu sur la base de la canne anglaise qui ne fut introduite qu’ultérieurement, ce qui prouve que celui-ci a été partiellement reconstruit après la reddition cathare de 1244 par la famille du nouveau seigneur des lieux, Guy II de Lévis.

Continuer la lecture de « Le château de Montségur (Ariège). »

Le TGV postal.

Les TGV postaux sont des TGV aux couleurs de la Poste française, en livrée jaune, qui circulaient la nuit pour transporter une partie du courrier et des colis, entre Paris, Mâcon et Cavaillon. Ils ont été construits en même temps que la famille des TGV Sud-Est.

Composé à l’origine de cinq demi-rames, le parc a été augmenté d’une rame par la transformation d’une rame voyageurs du parc TGV Sud-Est.

Compte tenu de la baisse continue du trafic du courrier et de la concurrence routière, La Poste a décidé de mettre fin à leur exploitation en 2015.

Les TGV postaux ont effectué leurs dernières circulations commerciales le samedi 27 juin 2015.

Continuer la lecture de « Le TGV postal. »

Évariste Galois, mathématicien.

La vie d’Évariste Galois est sans doute la plus célèbre, fascinante et commentée des vies de mathématiciens. Elle est même devenue mythique, au point qu’il est parfois difficile de démêler le mythe et la réalité.

Évariste Galois est né à Bourg-la-Reine le 25 octobre 1811, d’un père maire libéral de la commune. Sa mère, Adélaïde Marie Demante, fille de magistrat, s’occupe de son éducation jusqu’à 12 ans, et le nourrit de culture latine. Il entre à 12 ans au lycée Louis-le-Grand, où il suit une scolarité d’abord honorable, avant de marquer assez vite des signes de lassitude. Dès 1827-1828, la fureur des mathématiques domine. Galois lit Legendre (Eléments de géométrie), Lagrange (textes sur la résolution des équations), Euler, Gauss, Jacobi. Il obtient le 1er prix au Concours Général de mathématiques, mais échoue à l’entrée à Polytechnique.

Continuer la lecture de « Évariste Galois, mathématicien. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.