Renée Lévy, professeure et résistante.

Renée Lévy, née le 25 septembre 1906 à Auxerre et guillotinée le 31 août 1943 à Cologne, est une professeure et résistante française. Elle est inhumée dans le Mémorial de la France combattante.

Renée Léa Lévy, petite-fille d’Alfred Lévy, grand rabbin de France de 1907 à 1919, est née le 25 septembre 1906 à Auxerre où ses parents Léon Lévy et Berthe Lucie Lévy, professeurs de lettres enseignaient depuis plusieurs années. En 1909, Léon Lévy, son père à l’âge de 45 ans, est emporté après une courte maladie. « Son état, quoique grave, ne laissait pas prévoir une fin aussi brusque », journal de l’Yonne, lundi 10 mai 1909. Berthe Lucie Lévy vient s’installer à Paris avec Renée et Germaine, sa sœur aînée (Germaine Grun, née le 2 juillet 1899 à Auxerre, avocate, déportée par le Convoi No. 481, en date du 13 février 1943 à Auschwitz, elle y mourra en 1943). Berthe Lucie Lévy obtient une chaire d’enseignante au lycée Victor-Hugo à Paris, rue de Sévigné dans le 3e arrondissement, Renée a sept ans.

Continuer la lecture de « Renée Lévy, professeure et résistante. »

La météorologie.

Météo-France, établissement public administratif, est le service officiel de la météorologie et de la climatologie en France. À ce titre, il exerce les attributions de l’État en matière de sécurité météorologique des personnes et des biens. Météo-France est notamment chargé de la prévision et de l’étude des phénomènes météorologiques, de l’état du manteau neigeux et de l’état de la surface de la mer et de l’émission des vigilances

météorologiques pour les territoires français de métropole et d’outre-mer. L’établissement est également chargé de la conservation de la mémoire du climat et de l’élaboration de projections climatiques globales et régionales. Météo-France exerce ses activités et ses missions dans le cadre d’un contrat d’objectifs et de performance avec l’État.

Depuis le XIXe siècle, le service national français de météorologie a existé sous plusieurs noms :

Continuer la lecture de « La météorologie. »

Jean Effel, dessinateur et illustrateur de presse.

Jean Effel, nom de plume de François Lejeune (d’où F.L.), est un illustrateur et dessinateur de presse français, né le 12 février 1908 à Paris, et mort dans la même ville le 11 octobre 1982.

Fils du marchand Albert Abraham Lejeune (1872-1937) et de Pauline Marie Clairin (1880-1948), professeur d’allemand et fille d’un avocat, il étudie l’art, la musique et la philosophie à Paris, séjourne en Angleterre et sert dans les hussards. Il est le frère de Michel Lejeune, linguiste et helléniste français (voir nécrologie de Michel Lejeune page 29 du journal Le Monde du 2 février 2000).

Après avoir échoué à faire carrière en tant que dramaturge ou peintre, il commence à placer ses illustrations dans divers périodiques français. Il devient bientôt l’un des illustrateurs les plus connus de France. En 1937 il est le premier dessinateur salarié de Paris-Soir, auquel il collabore depuis 1932. Il dessine aussi pour L’Intransigeant. Avant 1940, il confie ses dessins à de nombreux journaux humoristiques (Fantasio, Le Rire, L’Os à moelle) et des publications la mouvance de gauche, dont La Lumière, Monde, L’Œuvre, Marianne, Vendredi, Messidor, Le Canard enchaîné, Regards Ce soir, L’Humanité.

Continuer la lecture de « Jean Effel, dessinateur et illustrateur de presse. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page