Francisco José de Goya y Lucientes, peintre et graveur.

Francisco José de Goya y Lucientes, dit Francisco de Goya, né le 30 mars 1746 à Fuendetodos, près de Saragosse, et mort le 16 avril 1828 à Bordeaux, en France, est un peintre et graveur espagnol. Son œuvre inclut des peintures de chevalet, des peintures murales, des gravures et des dessins. Il introduisit plusieurs ruptures stylistiques qui initièrent le romantisme et annoncèrent le début de la peinture contemporaine. L’art goyesque est considéré comme précurseur des avant-gardes picturales du XXe siècle.

Après un lent apprentissage dans sa terre natale, baigné dans le style baroque tardif et les images pieuses, il voyage en Italie en 1770, où il entre en contact avec le néo-classicisme qu’il adopte lorsqu’il s’installe à Madrid au milieu de la décennie, en parallèle avec un style rococo lié à son emploi de dessinateur de tapisserie pour la manufacture royale Santa Barbara. Son enseignement, tant dans ces activités que comme peintre de la Chambre, était assuré par Raphaël Mengs, alors que le peintre espagnol le plus réputé était Francisco Bayeu, beau-frère de Goya.

Continuer la lecture de « Francisco José de Goya y Lucientes, peintre et graveur. »

La garde républicaine.

La Garde républicaine est une branche de la Gendarmerie nationale qui assure des missions d’honneur et de sécurité au profit des plus hautes autorités de l’État en France, ainsi que des missions de sécurité au profit du public. Elle concourt également au rayonnement culturel de la France avec ses formations musicales et ses formations spéciales. Enfin, elle exécute des missions d’assistance, de formation et de coopération, tant en France qu’à l’étranger.

Subordonnée à la région de Gendarmerie d’Île-de-France (RGIF), son effectif comprend environ 3 300 hommes et femmes en 2019 – militaires et civils2,3. Elle est composée d’un régiment de cavalerie, de deux régiments d’infanterie, d’un escadron motocycliste et de formations musicales qui comprennent notamment l’orchestre de la Garde républicaine et le Chœur de l’Armée française.

Intrinsèquement liée à Paris, elle n’abandonne qu’en 1978 le nom de « Garde républicaine de Paris », acquis en 1870. Les gardes portent sur leur uniforme un écusson aux armoiries de la ville.

Continuer la lecture de « La garde républicaine. »

Yaacov Gibstein dit Agam, plasticien.

Yaacov Gibstein dit Agam est un plasticien israélien né à Rishon LeZion le 11 mai 1928, établi en France à partir de 1951, figure de l’art cinétique. Le travail d’Agam se caractérise par un mouvement induit par le déplacement aléatoire du point de vue du spectateur.

Issu d’une famille juive pratiquante et fils d’un rabbin, Yaacov Agam se forme d’abord à Jérusalem à l’École des beaux-arts Bezalel (1946-1948) que dirige Mordecai lui permettent d’approfondir la théorie de la couleur et les principes du constructivisme. Parallèlement, il travaille comme graphiste dans des agences de publicité.

Sur le chemin des États-Unis pour suivre les cours de l’Illinois Institute of Technology, Agam se fixe à Paris en novembre 1951. C’est l’année qu’il commence à s’intéresser à l’art cinétique. Il s’inscrit à l’atelier d’art abstrait qu’anime Jean Dewasne et fait la connaissance de Fernand Léger et d’Auguste Herbin.

Continuer la lecture de « Yaacov Gibstein dit Agam, plasticien. »