Le judo.

Le judo,  littéralement la « voie de la souplesse ») a été créé en tant que pédagogie physique, mentale et morale au Japon par Jigorō Kanō  en 1882. Il est généralement catégorisé comme un art martial moderne, qui a par la suite évolué en sport de combat et en sport olympique. Sa caractéristique la plus proéminente est son élément compétitif dont l’objectif est soit de projeter, soit d’amener l’adversaire au sol, et de l’immobiliser (Techniques de maîtrise), ou de l’obliger à abandonner à l’aide de clés articulaires et d’étranglements. Les frappes et coups à main nue ainsi que les armes font aussi partie du judo mais seulement sous la forme pré-arrangée et ne sont pas autorisés en judo de compétition ni en pratique libre.

Le lieu où l’on pratique le judo s’appelle le dojo, littéralement lieu d’étude de la voie). Les pratiquants nommés judokas1, portent une tenue en coton renforcée appelée judogi, ou communément « kimono » en France (même si le terme kimono en japonais ne correspond pas). Le judogi est généralement blanc, mais pour faciliter la distinction entre les combattants dans les compétitions, un judoka peut avoir un judogi bleu dans les compétitions

Continuer la lecture de « Le judo. »

Roger Chapelain, dit Roger Chapelain-Midy, peintre, lithographe, illustrateur et décorateur de théâtre.

Roger Chapelain, dit Roger Chapelain-Midy, né le 24 août 1904 à Paris et mort dans cette même ville le 30 mars 1992, est un peintre, lithographe, illustrateur et décorateur de théâtre français.

Roger Chapelain-Midy fait des études à l’École des beaux-arts de Paris, puis poursuit sa formation artistique dans les académies de peintures du quartier de Montparnasse. Plus tard, il deviendra professeur chef d’atelier de 1955 à 1974.

Il expose en 1927 au Salon d’automne et à partir de 1929 au Salon des indépendants et au Salon des Tuileries.

Armand Drouant en 1930 organise sa première exposition dans sa galerie rue de Rennes à Paris.

Continuer la lecture de « Roger Chapelain, dit Roger Chapelain-Midy, peintre, lithographe, illustrateur et décorateur de théâtre. »

Salvador Dalí i Domènech, peintre sculpteur et graveur.

Salvador Dalí i Domènech, premier marquis de Dalí de Púbol, né à Figueras le 11 mai 1904, et mort dans la même ville, le 23 janvier 1989, est un peintre, sculpteur, graveur, scénariste et écrivain catalan de nationalité espagnole. Il est considéré comme l’un des principaux représentants du surréalisme, et comme l’un des plus célèbres peintres du XXe siècle.

Influencé très jeune par l’impressionnisme, il quitta Figueras pour recevoir une éducation artistique académique à Madrid où il se lia d’amitié avec Federico García Lorca et Luis Buñuel et chercha son style entre différents mouvements artistiques. Sur les conseils de Joan Miró, il rejoignit Paris à l’issue de ses études et intégra le groupe des surréalistes, où il rencontra sa femme Gala. Il trouva son propre style à partir de 1929, année où il devint surréaliste à part entière et inventa la méthode paranoïaque-critique. Exclu de ce groupe quelques années après, il vécut la guerre d’Espagne en exil en Europe, avant de quitter la France en guerre pour New York, où il résida huit ans et où il fit fortune. À son retour en Catalogne, en 1949, il opéra un virage vers le catholicisme, se rapprocha de la peinture de la Renaissance et s’inspira des évolutions scientifiques de son temps pour faire évoluer son style vers ce qu’il nomma mysticisme corpusculaire.

Continuer la lecture de « Salvador Dalí i Domènech, peintre sculpteur et graveur. »