Simone Adolphine Weil, philosophe humaniste et écrivain.

Simone Adolphine Weil est une philosophe humaniste et écrivain, née à Paris le 3 février 1909 et morte à Ashford (Angleterre) le 24 août 1943.

Sans élaborer de système nouveau, elle souhaite faire de la philosophie une manière de vivre, non pour acquérir des connaissances, mais pour être dans la vérité. Dès 1931, elle enseigne la philosophie et s’intéresse aux courants marxistes antistaliniens. Elle est l’une des rares philosophes à avoir partagé la « condition ouvrière ». Successivement militante syndicale, proche ou sympathisante des groupes révolutionnaires trotskystes et anarchistes et des formations d’extrême-gauche, mais sans toutefois adhérer à aucun parti politique, écrivant notamment dans les revues La Révolution prolétarienne et La Critique sociale, puis engagée dans la Résistance au sein des milieux gaullistes de Londres, Simone Weil prend ouvertement position à plusieurs reprises dans ses écrits contre le nazisme, et n’a cessé de vivre dans une quête de la justice et de la charité. S’intéressant à la question du sens du travail et de la dignité des travailleurs, elle postule un régime politique proche du socialisme démocratique, où le débat et la décision démocratiques des travailleurs quant à l’objet et la fin de leur travail est centrale.

Continuer la lecture de « Simone Adolphine Weil, philosophe humaniste et écrivain. »

Georges Moinaux, dit “Georges Courteline”, romancier et dramaturge.

Georges Moinaux ou Moineau, dit Georges Courteline, est un romancier et dramaturge français, né le 25 juin 1858 à Tours, mort le 25 juin 1929 à Paris.

Georges Courteline est le fils de l’écrivain et auteur de théâtre Joseph Moineaux, connu sous le nom de plume de Jules Moinaux.

Georges Courteline, né à Tours en 1858, est d’abord élevé dans cette ville par ses grands-parents, avant que ses parents ne le fassent venir à Paris à l’âge de 5 ans. Tous les étés, la famille s’installe dans une villa à Montmartre, rue de la Fontenelle puis rue du Chevalier-de-la-Barre. C’est là que se rendent en visite toutes les célébrités du théâtre du Second Empire et Courteline en garde toute sa vie un souvenir impérissable.

 

Continuer la lecture de « Georges Moinaux, dit “Georges Courteline”, romancier et dramaturge. »

Pierre Abélard, théologien, père de la scolastique et inventeur du conceptualisme.

Abélard, Abailard, ou encore Abeilard (Abaelardus en latin), Pierre alias Petrus en religion (né en 1079 au Pallet près de Nantes – mort le 21 avril 1142, au prieuré Saint-Marcel près de Chalon-sur-Saône), est un philosophe, dialecticien et théologien chrétien, père de la scolastique et inventeur du conceptualisme.

Né dans une famille de souche poitevine établie dans le duché de Bretagne, il a été abbé du Rhuys mais a exercé principalement dans ce qui est l’Ile-de-France actuelle comme professeur appointé par des familles aristocratiques et comme compositeur de chansons pour goliards. Sa renommée à travers tout l’Occident de penseur à la fois rigoureux et non conformiste a été un phénomène social du début du XIIe siècle qui aboutira à l’extension du statut de clerc à l’ensemble du corps enseignant et étudiant.

Continuer la lecture de « Pierre Abélard, théologien, père de la scolastique et inventeur du conceptualisme. »