La boxe.

La boxe est un sport de combat pratiqué depuis le XVIIIe siècle à un contre un, qui recourt à des frappes de percussion à l’aide de gants matelassés.

Elle désigne généralement la boxe anglaise. Par extension, de nombreuses disciplines ont pris le nom de boxe : les « boxes sportives » du XIXe siècle et XXe siècle comme les boxes pieds-poings (BPP) réglementées en Europe, la boxe américaine, le kick-boxing, la savate boxe française, le chausson ou le panache (cousins de la boxe française), les boxes asiatiques dites « martiales » comme la boxe chinoise, le kung-fu-wushu, la boxe khmère (Pradal Serey), la boxe birmane (bama lethwei) et la boxe thaïlandaise (muay-thaï) entre autres.

Continuer la lecture de « La boxe. »

La gymnastique artistique.

La gymnastique artistique est une discipline athlétique consistant à enchaîner des mouvements acrobatiques sur des agrès. On distingue la gymnastique artistique masculine et la gymnastique artistique féminine. Chaque année se déroulent les championnats du monde de gymnastique artistique sauf les années des Jeux olympiques.

La gymnastique artistique plonge ses racines dans les concours athlétiques de l’Antiquité, remis au goût du jour par les humanistes de la Renaissance. Sous l’impulsion des Allemands, Danois et Suédois, principalement, la gymnastique artistique masculine met en place ses agrès dès le XVIIIe siècle. L’expression gymnastique artistique apparaît au début des années 1800 pour désigner la gymnastique de loisir et la distinguer de celle pratiquée par les militaires. Ces pratiques sont réservées aux hommes jusqu’à la fin du XIXe siècle : dès 1860 en Suisse, en 1894 en Allemagne et en 1910 en France. On assiste alors à la formation de clubs féminins qui jettent les bases de la version féminine de la gymnastique artistique féminine.

Continuer la lecture de « La gymnastique artistique. »

Le Balbuzard pêcheur.

Le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) est une espèce de rapaces diurnes de taille moyenne ; c’est un piscivore spécialisé et cosmopolite. Cet oiseau, singulier sur le plan morphologique, est assez différent des autres rapaces. C’est pour cette raison que sa position phylogénétique est très discutée : plusieurs hypothèses ont été émises, mais l’hypothèse la plus répandue rapproche cette espèce des Accipitridae, famille formée entre autres par les aigles, les buses et les vautours de l’ancien monde.

Son nom de genre rend hommage au personnage de la mythologie grecque Pandion, roi légendaire d’Athènes dont les enfants furent changés en rossignol et en hirondelle. Son nom d’espèce, haliaetus, est formé des termes grecs als (mer) et aétos (aigle) – c’est également le nom de genre latin des pygargues. Le terme als, dû à Aristote, est d’ailleurs impropre puisque le balbuzard n’affectionne nullement l’eau salée, mais bien plutôt les points d’eau douce -on le retrouve à la rigueur à l’embouchure des fleuves en eaux saumâtres. Cette affection toute particulière pour les cours d’eau, lacs et rivières, se signale dans son autre nom français, aujourd’hui peu usité, balbuzard “fluviatile”.

Continuer la lecture de « Le Balbuzard pêcheur. »