L’institut catholique de Paris.

L’Institut catholique de Paris (ICP) ou l’université catholique de Paris, dit La Catho, est un établissement privé d’enseignement supérieur d’intérêt général (EESPIG) fondé en 1875, comprenant six facultés (théologie et sciences religieuses, droit canonique, philosophie, lettres, sciences sociales et économiques, éducation), une unité de recherche religion, culture et société, 4 instituts spécialisés et 11 écoles associées.

Il est situé dans le 6e arrondissement de Paris, et son adresse principale est le 74, rue Vaugirard, au croisement avec la rue d’Assas.

L’Institut catholique de Paris a été fondé en 1875 sous le nom d’Université catholique de Paris par Mgr Maurice d’Hulst. Son sceau est inspiré de celui de l’ancienne université de Paris, représentant la Vierge Marie, Saint Denis et Sainte Catherine. L’ICP revendique en effet l’héritage et les traditions notamment de la faculté de théologie de l’ancienne Sorbonne.

Continuer la lecture de « L’institut catholique de Paris. »

L’école nationale d’horticulture.

Quand il commence à organiser l’enseignement de l’ENH à partir de 1874, le directeur et fondateur Auguste Hardy ne trouve pas immédiatement les enseignants de la chaire d’ « architecture des jardins et des serres », intitulé qu’il emprunte aux écoles d’horticulture belges de Vilvoorde et de Gand qu’il a visitées. Cependant, il parvient à convaincre l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Jean Darcel. Celui-ci a travaillé comme directeur du service des Promenades et Plantations de la Ville de Paris avec le jardinier-paysagiste Jean-Pierre Barillet-Deschamps ; il a accompagné les premières transformations parisiennes voulues par le préfet Haussmann et l’ingénieur Adolphe Alphand dans les années 1860.

À partir de sa culture d’ingénieur, à la fois artistique et scientifique, et de son ouvrage Etude sur l’architecture des jardins (1875), J. Darcel (1823-1907) cherche dans son enseignement (de 1876 à 1878) à relier les matériaux employés dans les jardins et les styles réguliers et irréguliers des tracés des projets. Il s’agit pour lui de faire reconnaître « l’architecture des jardins comme une discipline à part entière, indispensable à la formation des architectes paysagistes ».

Continuer la lecture de « L’école nationale d’horticulture. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.