La région Champagne-Ardenne.

La Champagne-Ardenne est une ancienne région administrative du Nord-Est de la France (1956-1982), ayant existé ensuite comme collectivité territoriale de 1982 à 2015 ; elle a fusionné le 1er janvier 2016 avec l’Alsace et la Lorraine pour former la nouvelle région Grand Est.

Elle était bordée au nord par la Belgique, à l’ouest par la Picardie et l’Île-de-France, au sud par la Bourgogne et à l’est par la Franche-Comté et la Lorraine.

Elle se composait de quatre départements : les Ardennes, l’Aube, la Marne et la Haute-Marne.

Avec 1 333 497 habitants (les Champardennais) estimés en janvier 2013, elle était l’une des cinq régions les moins peuplées de France. Sa préfecture était Châlons-en-Champagne. Les agglomérations les plus importantes étaient celles de Reims, avec ses 218 000 habitants, de Troyes et de Charleville-Mézières / Sedan, toutes deux autour de 130 000 habitants.

Continuer la lecture de « La région Champagne-Ardenne. »

La région Rhône-Alpes.

Rhône-Alpes tire son unité de ses mille et une facettes géographiques et climatiques. Mais ce sont avant tout ses habitants qui font chaque jour de Rhône-Alpes une région dynamique, attractive où il fait bon vivre.

La région Rhône-Alpes est placée au carrefour naturel de grands axes de communication nationaux et européens. Cette situation en fait une Région ou la diversité est le maître mot. Ce puzzle à la fois géographique, climatique, sociologique et culturel pourrait être un handicap. Rhône-Alpes en a fait sa force. Considérée comme symbole de dynamisme au sein de l’Union européenne, la Région Rhône-Alpes est co-fondatrice des « 4 moteurs pour l’Europe » qui, avec la Catalogne, la Lombardie et le Bade-Wurtemberg, œuvrent dans les domaines universitaires, scientifiques, économiques, sportifs et culturels.

Continuer la lecture de « La région Rhône-Alpes. »

Le Languedoc-Roussillon.

Le Languedoc-Roussillon est une ancienne région administrative française qui correspond approximativement à l’ancien Bas-Languedoc. La région est subdivisée en cinq départements : l’Aude, le Gard, l’Hérault, la Lozère et les

Pyrénées-Orientales. Elle est bordée au sud par l’Espagne, l’Andorre et la mer Méditerranée (le golfe du Lion), et par les régions françaises suivantes : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Auvergne, Midi-Pyrénées. Ses habitants sont appelés les Languedociens-Roussillonnais.

Languedoc-Roussillon, carte maximum, Montpellier, 15/01/1977.

Plusieurs éléments naturels la limitaient : les Pyrénées, puis le seuil du Lauragais désormais nommé seuil de Naurouze, les Cévennes et le fleuve Rhône. Plusieurs géographes ont parlé d’un amphithéâtre tourné vers la mer en parlant des montagnes et des plaines languedociennes et roussillonnaises.

Deux langues régionales sont historiquement présentes en Languedoc-Roussillon : l’occitan et de catalan.

Dans le cadre de la réforme territoriale, la région Languedoc-Roussillon a fusionné avec la région Midi-Pyrénées. Cette fusion est entrée en vigueur au 1er janvier 2016. Le nom officiel de la nouvelle région est Occitanie.

Le Languedoc-Roussillon fait partie du Sud-ouest de la France.


La région est incluse dans la Celtique méditerranéenne. Vers la fin du IIIe siècle av. J.-C. un peuple celtique, les Volques, prend ses quartiers dans la région du Rhône à la Garonne, des Cévennes aux Pyrénées. Ils ont pour capitales Toulouse et Nîmes. On assiste à une première structuration du territoire.

Ils pactisent avec les Romains dès le Ier siècle av. J.-C. Narbonne est créé pour pacifier la province en – 118 et devient la capitale de la Narbonnaise.

Au début du Ve siècle, les Vandales envahissent la province puis les Wisigoths s’y installent. La région de Narbonne comme la péninsule ibérique reste wisigothe jusqu’à sa conquête par les Maures entre 719 (chute de Narbonne) et 725 (chute de Carcassonne et de Nîmes). Narbonne devient alors la capitale d’une des cinq provinces d’Al-Andalus dirigées par un wâli pendant près de quarante ans.

La région est conquise par Pépin le Bref (chute de Narbonne en 759), qui en fait le marquisat de Gothie, incluse dans le royaume d’Aquitaine créé en 778. Ce vaste territoire englobe tout le sud du Rhône jusqu’à l’Atlantique et est légué par Charlemagne à son fils Louis le Pieux en 781. L’administration est confiée aux comtes de Toulouse.

À l’époque féodale a lieu une grande fragmentation politique : les comtés de Roussillon et de Cerdagne passent dans l’orbite du royaume d’Aragon, alors que le Bas-Languedoc passe sous la domination de la maison Trencavel et leurs rivaux les comtes de Toulouse.

Raimond IV dit Raimond de Saint Gilles (1042-1115) atteint par mariage l’objectif de réunification en agrandissant son état au comté de Rouergue, de Nîmes, de Narbonne, du Gévaudan, d’Agde, de Béziers et d’Uzès.

La lutte contre le catharisme et la Croisade des Albigeois entraîne l’extinction de la dynastie des comtes de Toulouse. La province est réunie au royaume de France en 1271, à l’exception de Montpellier restée sous l’influence de la Maison d’Aragon puis de Majorque, et qui ne sera rattachée au Royaume de France qu’en 1349. De là est né le Languedoc royal qui va persister jusqu’à la Révolution française.

Languedoc-Roussillon, carte maximum, Montpellier, 15/01/1977.

Le traité de Corbeil a entériné en 1258 la division avec les territoires du Sud de la région. Les Corbières formèrent la frontière entre le royaume de France et le royaume d’Aragon.

En 1659, le traité des Pyrénées entraine l’annexion du Roussillon et le Nord de la Cerdagne au royaume de France.

Carnet collector de 10 timbres “Languedoc-Roussillon”.

Aujourd’hui encore, le découpage régional est parfois contesté : l’appellation “Languedoc” rappelle encore la province dont la capitale était Toulouse, ville qui maintient d’ailleurs une certaine influence sur la partie nord-ouest de l’Aude. A contrario, ce découpage ne prend pas en compte l’influence de la ville de Montpellier sur la partie sud de l’Aveyron, notamment sur la région millavoise.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.