La basilique Saint-Nicolas de Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle).

La basilique Saint-Nicolas de Saint-Nicolas-de-Port est une imposante église située à Saint-Nicolas-de-Port dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est, à quelques kilomètres au sud de Nancy.

De style gothique flamboyant, elle est érigée aux XVe et XVIe siècles par René II, duc de Lorraine et de Bar, en action de grâce pour la victoire contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, lors de la bataille de Nancy le 5 janvier 1477 qui a permis à la Lorraine ducale de rester indépendante.

En 1098, selon la tradition rapportée par un marin qui a participé à la translation, le chevalier lorrain Aubert de Varangéville aurait volé une phalange de Saint-Nicolas dans la basilique San Nicola de Bari et l’aurait rapportée en Lorraine à Saint-Nicolas-de-Port où elle devient un objet de pèlerinage nicolaïen majeur avec la traditionnelle procession1. Selon cette tradition il s’agit de l’os d’une phalange de la main droite de l’évêque. Il est conservé dans un bras reliquaire de la fin du XIXe siècle en argent, or, émaux et diamants. Une première église est consacrée au saint dès le début du XIIe siècle.

Continuer la lecture de « La basilique Saint-Nicolas de Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle). »

Le château de Rochechouart (Haute-Vienne).

Le château de Rochechouart est un château situé en Nouvelle-Aquitaine (Haute-Vienne), dans le Limousin historique, au-dessus du confluent de la Graine et de la Vayres, construit initialement au XIIe siècle et qui comporte également des parties du XVe siècle. La dynastie des vicomtes de Rochechouart en a été propriétaire depuis la création du château jusqu’à sa vente à l’État français au XIXe siècle. Le château de Rochechouart abrite aujourd’hui le musée d’art contemporain de la Haute-Vienne.

Le château, dont le donjon date du XIIe siècle et la majorité du bâtiment du XVe siècle, est situé au-dessus du confluent de la Graine et de la Vayres dans la commune de Rochechouart.

Son histoire commence vers l’an 1000 avec la fortification d’un éperon rocheux dominant la Graine par les vicomtes de Limoges.

Continuer la lecture de « Le château de Rochechouart (Haute-Vienne). »

Saint-Pol-de-Léon (Finistère).

Saint-Pol-de-Léon  est une commune française du département du Finistère, en région Bretagne.

Petite cité de caractère et station balnéaire en bordure de la Manche, Saint-Pol-de-Léon est une ancienne cité épiscopale, capitale historique de l’évêché de Léon. Entre l’Armor et l’Argoat, son riche patrimoine se marie avec la mer sur la côte nord du Finistère et les champs de légumes. Capitale de la Ceinture dorée, c’est la première zone légumière de Bretagne.

Le site de Saint-Pol était habité dans les temps préhistoriques comme en témoigne encore une double allée couverte assez bien conservée et des trouvailles d’outils préhistoriques (paléolithique, mésolithique, néolithique). À l’âge de bronze ce sont des tombeaux maçonnés de pierres sèches recouvertes par des dalles dolméniques qui sont le signe d’une civilisation évoluée cultivant le rituel des morts.

La cité, selon les écrits les plus anciens, était entourée de fortifications gallo-romaines. Les gaulois Osismii luttaient avec les Vénètes contre l’invasion romaine. Leur territoire était étendu de Bréhat jusqu’à la rivière de Landerneau ; ils cultivaient le sel. Les vestiges découverts attestent d’une présence militaire romaine (médailles de César de 254 à 310, de Valérien à Maximin) au IIIe siècle (légion romaine Pagus Légionensi). Le château a donc été occupé par les Osismes puis par les Legionenses. Les forts remparts en terre et en bois seront en partie remplacés par un rempart en pierre, du temps où le moine Wrmonoc relatait la vie de saint Paul-Aurélien au XIe siècle. Sur la base gallo-romaine préexistant au Ve siècle vient se superposer le breton avec l’émigration bretonne vers l’Armorique.

Continuer la lecture de « Saint-Pol-de-Léon (Finistère). »