L’Airbus A300B.

L’Airbus A300 est une famille d’avions de ligne à large fuselage construits par Airbus de 1972 à 2007. L’A300 est à l’origine de la création du groupe Airbus et constitue son premier modèle commercialisé.

La dernière version de l’avion, l’A300B4-600R, est améliorée en tant qu’appareil moyen-courrier, ouvrant le marché à sa version long-courrier, désormais connue sous le nom d’A310.


Le 29 mai 1969, la production de l’A300 fut officiellement lancée par une signature des ministres français Jean Chamant et allemand Karl Schiller lors du salon aéronautique du Bourget. Puis Airbus Industrie fut officiellement créé le 18 décembre 1970.

Si, à cette époque-là, Air France, Air Inter, Lufthansa et British European Airways s’intéressaient au programme, il devint évident qu’Air France avait besoin d’appareils plus grands. C’est la raison pour laquelle l’A300B2, version allongée, qui serait capable de transporter 270 passagers, lui fut proposé, en l’espace de 3 jours. La compagnie française signa enfin, le 3 septembre 1970, son intention d’achat pour six premiers exemplaires.

Continuer la lecture de « L’Airbus A300B. »

Le central téléphonique des Tuileries.

M. Robert Galley, ministre des postes et télécommunications, vient d’annoncer une décision qui aura pour effet d’améliorer de manière

sensible le fonctionnement du téléphone dans la région parisienne : un central téléphonique permettant de raccorder, à terme, 250 000 abonnés, sera installé au cœur de Paris. Pour mesurer l’ampleur de l’entreprise, il faut se rappeler que le nombre actuel des abonnés parisiens est de l’ordre de un million. La nouvelle installation représente donc un accroissement de 25 % par rapport au matériel déjà en service.

Central téléphonique des tuileries, carte maximum, Paris 15/05/1973.

Cette décision, qui est toute récente, était attendue depuis quelque temps. Pour décongestionner le téléphone parisien, les P.T.T. avaient prévu d’installer un grand central capable d’éponger les demandes de raccordement dans le centre de Paris et de soulager de proche en proche, par une progression concentrique, les centraux saturés et généralement vétustes du cœur de Paris. Le central sera installé sous le jardin des Tuileries.

Central téléphonique des tuileries, essais de couleurs.

Bien sûr, les 250 000 lignes ne seront pas installées en une seule fois. On commencera par 40 000 en 1973, puis le nombre croîtra au rythme de 50 000 par an environ. Le matériel utilisé sera classique (central type ” Crossbar “). Parmi les premiers centraux qui seront soulagés par cette nouvelle installation, on peut citer Anjou, Élysées, Opéra, Richelieu, puis Gutenberg et Archives. Naturellement, cela n’ira pas sans quelques tranchées supplémentaires dans les rues, pour la pose des canalisations. En outre, ce projet représente un investissement important, et M. Galley a tenu à souligner qu’un tel effort aurait été inconcevable sans le financement complémentaire apporté par les sociétés privées Finextel et Codetel.

Sources : Le Monde.

 

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page