Les remparts de Saint-Malo

La construction des remparts de Saint-Malo débute en 1144. Les trois quarts de l’enceinte ont été remplacés entre 1708 et 1742 par l’ingénieur militaire Siméon Garangeau, qui réalise l’extension de la ville et la restauration d’une importante partie de son enceinte au sud et à l’est (portant sa longueur totale à 1754m) ce qui permet à l’intérieur de la cité de passer à une superficie de 16 à 24 hectares et cause la disparition de la Poterne de la Blaterie, d’abord, puis de la Tour Mouillée, la Poterne Brevet, la Tour Battue et le Fort Collifichet. Le pied des remparts descendait directement jusqu’au socle rocheux et à la mer, jusqu’à ce que des quais commencent à s’y adosser à partir de 1582. Ils sont surmontés de mâchicoulis typiques de l’architecture militaire bretonne, réels ou factices

De l’enceinte médiévale de la ville, il ne reste que la Grand’Porte du XVe siècle (les tours de 1552 ont été reconstruites entre 1582 et 1583), la courtine ouest du Château (entre la Tour Carrée et le Vieux ou Petit Donjon), la partie des Petits Murs (dont les plus anciennes parties remontent au XVIIe siècle et seront remaniées en 1464) entre la Tour Bidouane (qui remplace la Tour de la Cloche en 1652) et le Bastion de la Hollande (1674), où seront incorporées en 1684 les niches des chiens du Guet.

Continuer la lecture de « Les remparts de Saint-Malo »

Eglise Saint-Jean à Caen, en 1944

Ville de 62 000 âmes située dans le Calvados à 15 kilomètres du littoral, Caen est occupée en juin 1944 par la 716. Infanterie-Division. Cette dernière est renforcé par un atout blindé de poids placé plus au Sud : la 21ème Panzerdivision. Dans l’attente d’un potentiel Débarquement en Normandie, les Caennais n’ont pas été ménagés, subissant durant la guerre plus de 1 000 alertes aux raids aériens.

Pour les alliés, Caen et ses ponts sur l’Orne devront être pris dès le 6 juin 1944. Charge aux Britanniques et à leur 3rd Infantry Division de s’acquitter de cette tâche. Après avoir posés pieds sur Sword Beach, les hommes du Général Rennie font face à la résistance tenace des allemands autour de Colleville-sur-Orne. Le matin du 6 juin, l’aviation alliée tente de détruire les ponts de la ville, sans succès.

Continuer la lecture de « Eglise Saint-Jean à Caen, en 1944 »

Rouen ville martyre en 1944.

En 1944, Rouen (76), ville déjà bombardée, notamment en septembre 1942 et en septembre 1943, connut plusieurs vagues de bombardements dont celle, terrible, du 19 avril, celle de “la semaine rouge” (du 30.05.1944 au 05.06.1944) et celle du 25.08.1944 qui verra l’anéantissement de l’armée allemande du front Ouest. Hors ceux de 1940, tous les bombardements de la capitale normande et de son agglomération seront le fait de l’aviation alliée.

Le bilan de ces bombardements, 24 jours entre 1940 et 1944 avec des milliers de tonnes de bombes déversées, sera catastrophique pour Rouen et sa région. Pour la seule capitale normande, on dénombrera 1.600 victimes civiles, 8.000 logements détruits (soit 26.650 Rouennais complètement sinistrés et 13.450 sinistrés partiels).

Continuer la lecture de « Rouen ville martyre en 1944. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page